13 décembre 2011

Simon Liberati - Jayne Mansfield 1967

jayne 

"Aux basses heures de la nuit, le 29 juin 1967 sur un tronçon de la route US 90 qui relie la ville de Biloxi à La Nouvelle-Orléans, une Buick Electra 225 bleu métallisé, modèle 66, se trouva engagée dans une collision mortelle."

Dans cette Buick broyée se trouvait une femme, une Hollywood movie star de trente-quatre ans, danseuse nue à Las Vegas, célébrissime sex-symbol des années 50.

Simon Liberati ressuscite Jayne Mansfield, l'actrice méconnue la plus photographiée au monde, fouille amoureusement dans les recoins les plus ténébreux de sa vie, retrace ses dernières heures en plein été hippie, lesquelles disent aussi le crépuscule de l'âge d'or hollywoodien. Au programme  : perruques-pouf, LSD 25, satanisme, chihuahuas, amants cogneurs, vie désaxée, mort à la James Dean, cinq enfants orphelins et saut de l'ange dans l'underground.
Une oraison funèbre et morbid chic dans la droite ligne de Truman Capote et Kenneth Anger. (quatrième de couverture)

Présenté comme un roman, le prix Fémina est plus un commentaire désenchanté de l'intelligentsia hollywoodienne des années 60 qu'une biographie de la star. Bien que cinéphile passionnée, j'ai trouvé l'ensemble de l'ouvrage difficile d'accès, tant au niveau de l'évocation des différents protagonistes qu'au niveau des faits relatés. Je m'attendais à un livre flamboyant à l'image de la star évoquée et je me suis retrouvée bien déçue par le seul prix littéraire que je lirai au vu du palmarès triste et déprimant dont nous ont gratifié les jurys des prix littéraires cette année (opinion partagée par ma collègue).

Posté par LesBiblios à 16:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires sur Simon Liberati - Jayne Mansfield 1967

Poster un commentaire